You are currently viewing À quoi ressemble Montréal en mars ?
Photo de LM Montréal - Location meublée à Montréal

À quoi ressemble Montréal en mars ?

Vous savez que l’hiver est long et enneigé à Montréal. Mais savez-vous à quoi vous attendre à Montréal en mars ?

Si vous venez de vous installer à Montréal ou si vous planifiez visiter Montréal en mars, voici un aperçu de la vie à Montréal lors d’un mois de mars ordinaire (hors Covid :-)).

Le mois de mars montréalais est un mois particulier. Il y a des bons côtés et un peu moins bons côtés.

Commençons par les bons côtés :-).

Les bons côtés d’être à Montréal en mars

Le mois de mars apporte 3 bonnes nouvelles. Les voici !

C’est le printemps ! Hourrah !

Mais, soyons honnête, Montréal en mars est encore loin du printemps. Les températures oscillent entre – 5 degrés et environ 5 degrés Celsius….

Toutefois, pour les résidents montréalais qui ont vécu l’hiver et ses – 10, – 15, voire parfois – 20 degrés, être à zéro degré Celsius nous semble littéralement comme le printemps !

Au point qu’il n’est pas impossible de voir des personnes en short et t-shirt au mois en mars… C’est une belle façon d’appeler les beaux jours !  

Mars est le mois où on commence à sortir un peu moins emmitouflé qu’en décembre, janvier ou février.

Ce sentiment d’être à la fin de l’hiver, je ne l’avais jamais autant senti avant de venir m’installer au Canada. Ce feeling …

  • de se sentir bien à zéro degré ou légèrement plus, avec un petit rayon de soleil,
  • de ne plus ressentir le besoin de se couvrir d’un manteau très épais, avec écharpe, bonnet et grosses bottes.

Oh, on le sait: l’hiver est tout de même toujours là : une tempête de neige peut encore venir nous enrober de son manteau blanc, en mars et même en avril !

La météo à Montréal en mars demeure capricieuse !

Mais on sait aussi que ce sera désormais assez éphémère, histoire de quelques jours. Dame Nature viendra rapidement redonner un peu de vie à la nature qui profite encore de son hibernation.

C’est presque un sentiment de renouveau. Et ce feeling-là est génial.

Vraiment.

Des journées soudainement plus longues

On n’aime généralement pas perdre une heure, le jour du changement d’heure. C’est souvent une heure de sommeil que l’on a en moins.

Mais l’avantage de ce changement d’heure est que les journées montréalaises et québécoises dans leur ensemble deviennent significativement plus longues.

Je m’explique.

Dans un autre article de ce blog, j’indique qu’à Montréal en février, le soleil se couche vers 17h30, lors des premiers jours de février.

C’est tôt … mais c’est tout de même mieux qu’un coucher de soleil vers 16h30 en décembre !

Le changement d’heure a toujours lieu début mars au Canada, souvent vers le 8, 9 ou 10 mars, en même temps que les premières journées « printanières », au sens montréalais :-).

On passe donc très rapidement de journées très courtes et très froides à des journées soudainement plus longues et moins froides.

Soudainement, il fait toujours jour à 19h!

Là encore, c’est un vraiment sentiment de renouveau, un peu comme l’ours sortant de sa période d’hibernation.

Sentiment que c’est la fin d’une saison qui s’amorce et le début d’une autre.

Et ça croyez-moi, on l’attend tous, avec beaucoup d’impatience.

Le temps des cabanes à sucre

Le mois de mars au Québec est aussi le début des traditionnelles cabanes à sucre.

Savez-vous ce qu’est une cabane à sucre ?

C’est traditionnellement l’endroit où est produit le sirop d’érable. C’est au mois de mars, lorsque les températures sont plus clémentes, que l’eau d’érable (la sève de l’érable en quelque sorte) commence à être récoltée. Elle est ensuite bouillie avant de devenir le sirop d’érable que les canadiens (et bien d’autres) aiment tant!

J’en fais partie !

Avec les années, une tradition s’est mise en place dans ces cabanes à sucre qui offrent, à qui veut bien y aller, un repas très copieux où vous trouverez du sirop d’érable dans tout, du plat salé au plat sucré.

Tout ça, dans une ambiance plutôt bon enfant.

Vous découvrirez alors les fèves au lard avec sirop d’érable, le jambon au sirop d’érable, l’omelette et pommes de terre avec sirop d’érable. Bref, rien n’y échappe.

Sans oublier, bien sûr, les desserts: tarte au sucre ou tarte au sirop d’érable. Vous l’avez compris, c’est le royaume du « en veux-tu, en voilà » !

Inutile de vous dire qu’après un tel repas, on a presque juste envie d’aller s’allonger tellement le repas est … gras et sucré. Avouons-le, ce n’est pas de la cuisine fine mais c’est une ambiance super agréable.

Le début de cette période de cabanes à sucre est le meilleur symbole que l’hiver froid et rigoureux est derrière nous.

Alors, oui, on aime !

Si vous voulez vivre l’expérience d’une cabane à sucre, voici le répertoire des cabanes à sucre au Québec.

Les cabanes à sucre ne durent que quelques semaines seulement, généralement jusqu’au mois d’avril. La récolte de la sève d’érable se fait uniquement lorsque les nuits de gel sont suivies par des jours de dégel.

Vous voulez en savoir plus sur le sirop d’érable ? Voici un compte-rendu très facile à lire sur la production et l’utilisation du sirop d’érable au Québec !

Ce que l’on aime moins à Montréal en mars ?

Voici 2 raisons pour ne pas planifier votre visite de Montréal en mars.

Les surprises de la fonte des neiges

Puisque les températures se réchauffent, vous vous en doutez la neige fond, doucement mais sûrement.

Il faut généralement entre 2 et 3 semaines, voire plus, pour que toute la neige disparaisse tant elle s’est accumulée lors des derniers mois.

Et avec la fonte des neiges, on commence à découvrir les déchets qui avaient été rapidement ensevelis sous la neige pendant les mois d’hiver. Souvent, bien sûr, involontairement, lorsque par exemple, une tempête de neige a lieu lors de la journée de collecte des déchets.

Une tasse de café en carton par ici, un vieux sac de déchets par-là, etc. Ça fait vite sale.

Alors, oui, le mois de mars est une période au cours de laquelle Montréal a ses rues un peu (et parfois trop) sales. Cela va durer le temps de la fonte de la neige et un petit peu après.

Rassurez-vous, cette période est temporaire.

Car dès la neige fondue, des équipes de nettoyages – souvent d’ailleurs des volontaires – s’attellent au travail pour ramasser les déchets oubliés des 3 ou 4 derniers mois pour que Montréal revienne toute belle et verdoyante!

Un mois sans activités marquantes

Montréal en mars, ce n’est plus l’hiver mais ce n’est pas encore un vrai printemps non plus.

Les activités hivernales disparaissent progressivement. Avec la montée des températures, les patinoires ferment, les jeux d’hiver pour enfants ou adultes ferment, tout comme les stations de ski de fond ou alpin.

Sans pour autant que de nouvelles activités aient pris place, les températures étant encore trop fraiches.

Rappelez-vous, la météo à Montréal et ses températures sont très aléatoires ! Tout demeure possible. Vous pouvez toujours avoir une tempête de neige, au détour d’une journée ensoleillée.

Et puis, on ne peut pas encore aller se promener dans la nature, tant la fonte des neiges rend les sols boueux. Ce n’est pas encore le temps des promenades ou des randonnées printanières en forêt.

Patience, patience.

Bref, le mois de mars au Québec est un mois de transition qui nous rappelle combien les saisons sont marquées au Québec.

Pour conclure

C’est la fin progressive de l’hiver à Montréal en mars.

Le climat montréalais s’adoucit.

Les journées sont encore froides, mais sans comparaison avec le coeur de l’hiver.

Et surtout, les journées désormais plus longues viennent nous rappeler que la période estivale est la prochaine étape !

Finalement, Montréal en mars est le moment parfait pour contempler les pouvoirs de Dame Nature ainsi que le cycle des saisons !

Encore un peu de patience ! 

Si vous voulez savoir à quoi ressemble Montréal lors des 4 autres premiers mois de l’année, c’est ici:

Si vous recherchez une location meublée à Montréal, pensez à consulter la liste des appartements meublés et des chambres en colocation de LM Montréal.

Cet article a 6 commentaires

Laisser un commentaire