Profiter de Montréal en février

Profiter de Montréal en février

Avez-vous une idée de ce à quoi ressemble Montréal en février ?

Couvert d’un manteau de neige et froid. C’est exactement cela. La question n’est pas difficile :-).

Alors, vous vous demandez surement ce que l’on fait en février à Montréal.

À juste titre… 

Car, le mois de février est souvent le troisième (voire même le quatrième) mois selon l’année que l’on vit avec des températures inférieures à zéro et avec la neige. Ça commence à faire long !

Bien que ce soit parfois difficile, vivre à Montréal en février a aussi son charme. Voici pourquoi.

Les 4 charmes de Montréal en février

Il n’y a pas moins que 4 charmes à attribuer à Montréal, en février.

Le bonheur des sportifs

Bien sûr, les sportifs adorent l’hiver: le ski alpin, le ski de fond, le hockey, la raquette, le patin à glace.

Tout est réuni pour vous éclater sur la glace ou sur les pistes. Beaucoup de parcs montréalais ont une patinoire extérieure ou un rond de glace accessible gratuitement.

C’est notamment le cas de la patinoire du Lac des Castors, qui est située sur le parc du Mont-Royal, à environ 5 minutes en bus ou en voiture de l’appartement de 3 chambres de LM Montréal.

D’autres patinoires sont payantes, notamment lorsque des services supplémentaires sont offerts (par exemple, de la musique, un DJ, etc.). 

En ce qui concernent les pistes de ski, les plus proches de Montréal sont souvent situées à environ 1 heure en voiture de Montréal. 

Mais pour les débutants, vous pourrez apprendre à faire du ski alpin à Montréal, à la Pente à Neige ! La Peinte à Neige propose plusieurs activités hivernales pour les petits et les plus grands. Elle est située au Parc Ignace-Bourget, dans le Sud-Ouest de Montréal, à moins de 10 minutes en bus des appartements de 2 chambres et de 5 chambres de LM Montréal.

Les moins sportifs (;-) vont cependant trouver en l’hiver une source de réconfort ou d’inspiration. 

Le silence des tempêtes de neige

Ensuite, il y a quelque chose de magique de vivre avec cette neige omniprésente.

Les journées de tempête de neige, la ville est d’un calme impressionnant. C’est un de ces rares moments où le temps semble s’être arrêter. Très peu de voitures circulent. Très peu de personnes sont dans les rues. Le silence. On attend que la tempête passe. 

Et à bien y penser, ils sont rares ces moments de silence dans une ville. 

Et puis, le bruit commence tranquillement à reprendre sa place. Les premiers bruits que l’on entend sont ceux des pelles que tous et chacun commencent à agiter pour déneiger leur entrée de maison ou encore pour déneiger leur voiture. 

Arrive ensuite le bruit des voitures qui n’arrivent plus à se dégager des tas de neige. On entend alors les moteurs démontrer leur présence de plus en plus marquée pour chaque tentative de sortie d’un banc de neige.

J’aime ces moments-là où la vie commence doucement à reprendre son rythme, un peu comme lorsqu’une ville se réveille.

Et là, la solidarité humaine montre ses plus beaux atouts. L’entraide arrive. Par exemple, on aide à pousser la voiture de la voisine si elle n’arrive pas à sortir sa voiture de sa place de stationnement. 

La beauté du blanc

Et puis, c’est simplement beau. 

La ville est si blanche, d’un blanc impeccable. Toutes les misères urbaines disparaissent soudainement sous cette couverture blanche. Les lendemains de tempête sont le jour où il faut prendre des photos pour de belles prises de vues. 

Il faut profiter de ces jours-là car ce blanc immaculé fini par partir rapidement, avec les abrasifs déposés par la Ville pour que les routes soient – de nouveau – fonctionnelles. Ce manteau blanc me transporte toujours dans mes souvenirs d’enfance (dessins animés qui m’avaient marqué à l’époque).

J’aime aussi le bruit « crunch crunch » qui accompagne nos pas sur la neige gelée. Connaissez-vous ce bruit de marcher sur la neige gelée? Il a quelque chose de réconfortant presque, qui encore une fois, m’amène dans mes souvenirs d’enfance.

La résilience des québécois

Mais le plus impressionnant à mes yeux, c’est la résilience de chacun. 

Il peut faire un jour – 20 degrés, puis le lendemain -3 degrés et neiger. Il peut tomber 15 cm de neige, les gens se lèvent un peu avant l’heure habituelle pour déneiger leur voiture et leur sortie de maison. Puis, ils partent au travail, arrivent peut-être un peu en retard, prennent plus de temps que d’habitude pour aller ou revenir du travail, etc. Et, le lendemain, il peut faire de nouveau – 30 degrés avec le facteur vent, puis neiger de nouveau 2 jours plus tard, un autre 15cm, etc. 

Des différences de température de près de 20 degrés en une ou deux journées ne sont pas rares. Passer une heure à déneiger par jour, voire 2 heures à déneiger pour certains, n’est pas rare non plus.

Mais chacun continue de faire ce qu’il a besoin de faire dans une bonne humeur relative, et ce, pendant 3 à 4 mois selon l’année. 

Cette résilience de chacun face aux conditions météologiques est une caractéristique des québécois et des canadiens en général. 

Sûrement parce qu’en dépit de cette rigueur hivernale, le Canada et le Québec offrent une qualité de vie souvent inégalée. Alors, oui, il fait froid, mais la vie y est agréable, stable, sécuritaire.

Ce que j'aime un peu moins à Montréal en février

Il y a un côté « cocooning », souvent agréable l’hiver. Mais l’envie de passer à autre chose commence à se faire sentir au mois de février.

Les journées sont encore très courtes à Montréal en février. Elles sont tout de même plus longues qu’en décembre et janvier, où le soleil se couche vers 16h30 de l’après-midi. 

En février, c’est vers 17h30 que la nuit nous entoure.

Alors, après presque 3 mois à voir le soleil se coucher vers 16h30, notre besoin de soleil et de chaleur se fait pressant :-).

On commence à avoir envie de nouveau à sentir la chaleur du soleil sur notre peau, à ne plus passer 10 minutes à se vêtir chaudement avant de sortir à l’extérieur, à promener ses chaussures de ville pour les mettre lorsque l’on arrive chez quelqu’un ou à une place de réunion.

Comment profiter de Montréal en février ?

Pour ceux qui peuvent, une semaine quelque part dans les Caraïbes devient rapidement nécessaire. Histoire de refaire un peu le plein d’énergie, de vitamine D et de brunir notre peau devenu si blanche…

Pour ceux dont le budget est un peu plus serré, les villes québécoises s’activent pour créer des festivals d’hiver qui amusent les petits et les plus grands.

Pas moins de 5 activités extérieures principales sont offertes à Montréal en février pour réchauffer nos cœurs:

  • Igloofest: c’est un festival extérieur de musique électronique ayant lieu au Vieux-Port de Montréal. Ce festival débute généralement en janvier et se termine début février. 
  • la Fête des neiges de Montréal: cet évènement familial extérieur a pour but d’offrir des jeux d’hiver aux petits et plus grands au Parc Jean-Drapeau. Il se déroule généralement sur plusieurs week-ends. 
  • Montréal en Lumière. Crée en 2000, ce festival allie arts de la scène, gastronomie et activités extérieures, telle que la glissade (grande pente sinueuse à descendre en luge sur la Place des Arts). Ce festival s’étale sur près de 2 semaines.
  • la fameuse Nuit Blanche, qui est une partie du festival Montréal en lumière. Pensez-y, diverses activités culturelles sont offertes dans la ville … toute la nuit, on se promène à – 15 degrés ou – 20 degrés, en passant d’une activité à une autre.
  • Les Jeux d’hiver proposés au Parc Olympique. Il s’agit d’une série de jeux d’hiver souvent gratuits pour les jeunes et les moins jeunes.

La ville de Québec offre, quant à elle, le Carnaval de Québec, dont la première édition remonte à … 1955 ! Un incontournable évènement pour célébrer les joies de l’hiver en la ville de Québec.

Pour conclure :

Le mois de février est un mois rempli d’activités extérieures, souvent gratuites, qu’elles soient sportives, culturelles, gastronomiques, ou autres. Pour que notre hiver soit toujours un moment chaleureux et actif.

On a tout de même envie d’un peu plus de chaleur, mais cela ne nous empêche pas de nous amuser :-).

Cet article a 1 commentaire

Laisser un commentaire